LE PROJET “Développement et Sécurité dans le Massif de l’Aïr et la région d’Agadez”

LA REGION D'AGASEZ ET LE FESTIVAL DE L'AÏR, NIGER. ANIMATIONS, ACTIVITÉS, MUSIQUES, DANSES BALADE DANS LE DESERT ET BIVOUAC DANS LA REGION D'AGADEZ

Convaincue que le problème du Sahel n’est pas politique mais économique, l’association Les Puits du Désert, qui intervient au Niger dans le domaine de l’eau, de l’éducation et de la santé, depuis 14 ans, a mis en place un programme de «Développement et Sécurité» pour les populations nomades et sédentaires défavorisées, du Nord du pays.

Dans le contexte particulier du Sahel, une région enclavée et entourée de zones conflictuelles, l’association, conformément à la politique nigérienne de lutte contre la pauvreté, et d’accès à l’eau potable, accompagne la région d’Agadez dans sa consolidation de la paix par l’accès à l’eau et participe à la réduction de la vulnérabilité par l’agriculture adaptée.

L’association s’appuie sur les principaux textes juridiques du Niger pour trouver des solutions durables aux problèmes d’approvisionnement en eau potable et d’assainissement des populations à savoir : le Code de l’Eau (incluant la participation des bénéficiaires au financement des infrastructures (puits, forages)) , le Plan de Contingences Multi-Risques (PCM), le Plan National de Gestion Intégrée des Ressources en Eau (PGIRE), le Plan National d’Accès à l’Eau Potable et l’Assainissement (PNAEPA)

La situation au Nord du Niger, comme dans beaucoup de régions du Niger, est particulièrement difficile pour une population vulnérable aux aléas climatiques (inondations, avancée du désert, invasion de criquet, catastrophes naturelles etc..), de par sa position géographique, tout en étant confrontée aux événements actuels suite à l’embrasement et conflits de la sous région. C’est dans un contexte conflictuel, qu’est née la nécessité d’accompagner les populations locales dans leur développement économique, pour éviter la rareté, voire disparition, des partenaires de développement dans la région du à l’insécurité, mais également éviter le risque de radicalisation de la jeunesse par la pauvreté.cycle-apports-sec-et-dev-page-001

Afin d’accompagner les populations locales, le projet, dont la première phase se termine, s’est donné pour mission d’améliorer l’accès à l’eau pour réduire les maladies hydriques ; pour libérer les enfants de la corvée d’eau pour qu’ils puissent aller à l’école, pour accroître les revenus des ex-combattants par une réinsertion socio économique dans le maraîchage, pour consolider la paix et assurer la stabilité dans la zone.

LES PUITS DANS LA VALLEE DE TIDENE, COMMUNAUTE URBAINE DE TCHIROZERINE. L'ECOLE DE TIDENE, SA CANTINE, LE DISPENSAIRE, LES PUITS MARAICHERS ET LES JARDINS, LES PUITS VILLAGEOIS. PUITS DOMAINES SKIABLES DE FRANCE NIGER 2015
Dans 5 villages isolés de la région d’Agadez, 5 puits villageois et 20 puits maraîchers ont été construits, des formations en maraichage et arboriculture pour les bénéficiaires de jardins ont été menées, ainsi que des formations à l’hygiène pour les familles..

Des mesures d’accompagnement destinées à faciliter la gestion du projet par les partenaires locaux ont également mises en place. Chaque puits villageois est doté d’un comité de gestion(COGES) qui recueille les cotisations (entre 5€ et 10€ par an/famille) des familles utilisatrices en vue d’assurer la maintenance et les réparations des installations et qui est garant de la surveillance du puits et de son bon usage. Les membres de ce comité sont élus par la population et ont reçu une formation appropriée (règles d’accès équitable au point d’eau ; surveillance et entretien courant de l’ouvrage (curage et désensable, petites réparations) et modalités d’alerte en cas de problème majeur; hygiène du point d’eau). Ils sont, en cas de besoin, épaulés par la Direction Régionale de l’Hydraulique, qui vérifie tous les 3 mois la qualité de l’eau.

LES PUITS DANS LA VALLEE DE TIDENE, COMMUNAUTE URBAINE DE TCHIROZERINE. L'ECOLE DE TIDENE, SA CANTINE, LE DISPENSAIRE, LES PUITS MARAICHERS ET LES JARDINS, LES PUITS VILLAGEOIS. PUITS GLISSE EN COEUR NIGER 2015

Au final, c’est prés de 12.000 personnes, qui, à moins de 5 kms de leur campement, ont accès à une eau potable de qualité ; c’est plus de 500 personnes qui bénéficient directement des produits issus des jardins irrigués par les 20 puits maraîchers construits ; c’est plus de 60 personnes qui ont été formées à l’arboriculture, à l’agriculture et qui vivent de ce nouveau métier avec des revenus multipliés par 10 ; c’est une nouvelle coopérative de la vallée qui exporte les produits(surplus) des maraîchers sur divers marchés de la sous région ; c’est également une alimentation diversifiée avec des fruits et légumes (oignons, pommes de terre, carottes, courgettes, gombos, haricots verts, piments, poivrons et citronniers, manguiers, papayers, pommiers, dattiers, goyaviers, grenadiers et orangers) ; c’est également avec une meilleure alimentation et une eau à proximité de bonne qualité, des maladies hydriques et le taux de mortalité infantile qui baissent ; des débouchés pour les nouveaux entrepreneurs et constructeurs de puits, et une région plus stable et moins encline aux conflits sociaux et ethniques.Au final, c’est prés de 12.000 personnes, qui, à moins de 5 kms de leur campement, ont accès à une eau potable de qualité ; c’est plus de 500 personnes qui bénéficient directement des produits issus des jardins irrigués par les 20 puits maraîchers construits ; c’est plus de 60 personnes qui ont été formées à l’arboriculture, à l’agriculture et qui vivent de ce nouveau métier avec des revenus multipliés par 10 ; c’est une nouvelle coopérative de la vallée qui exporte les produits(surplus) des maraîchers sur divers marchés de la sous région ; c’est également une alimentation diversifiée avec des fruits et légumes (oignons, pommes de terre, carottes, courgettes, gombos, haricots verts, piments, poivrons et citronniers, manguiers, papayers, pommiers, dattiers, goyaviers, grenadiers et orangers) ; c’est également avec une meilleure alimentation et une eau à proximité de bonne qualité, des maladies hydriques et le taux de mortalité infantile qui baissent ; des débouchés pour les nouveaux entrepreneurs et constructeurs de puits, et une région plus stable et moins encline aux conflits sociaux et ethniques.
dsc06784
Des formations de formateurs (relais éducateurs) à l’hygiène et à l’assainissement pour les enfants et les femmes de la zone sont assurées par les agents de santé, et réalisées par groupement de villages, mais surtout par type de personnes concernées. Ainsi, plusieurs sessions sont proposées et leur contenu est adapté en fonction du public ciblé (femmes, chef de village, instituteurs). Les personnes ainsi formées forment à leur tour  la famille et d’autres usagers.

Rares difficultés rencontrées en cours d’exécution

L’apparition de l’or dans la région d’Agadez a eu un impact négatif sur l’ensemble des secteurs d’activités de la région. Certains bénéficiaires du projet avaient abandonnés les jardins aux mains d’autres personnes pour aller chercher l’or. Cela a été une grande difficulté pour nous mais aussi pour l’entretien des jardins. Nous avons pu surmonter cette difficulté en responsabilisant les nouveaux occupants de ces jardins concernés. A ce jour, tous les jardins sont fonctionnels. Les jardiniers ont bien compris que la culture d’un jardin a un double avantage : nourrir sa famille, vendre la surconsommation et avoir des revenus ; à la différence de la fièvre de l’or qui ne garantit pas grand-chose.

La maladie des arbres : certaines variétés d’arbres sont confrontées à des maladies. C’est ce qui explique leur taux de mortalité. Il s’agit surtout des arbres que nous avons achetés dans la capitale et non dans la zone d’intervention, plus désertique.  Nous avons remplacé un grand nombre de plants qui n’avaient pas tenu par les agrumes d’oasis de la région.

LES PUITS DANS LA VALLEE DE TIDENE, COMMUNAUTE URBAINE DE TCHIROZERINE. LES PUITS MARAICHER ET LE JARDIN MARAICHER DE BOUDARI. NIGER 2015

Le projet « Sécurité et Développement »

  • Répond aux besoins des usagers et des collectivités
  • Développe l’accès aux services essentiels (accès à l’eau comme droit essentiel à la survie de la population (alimentation, hygiène, boisson etc..))
  • Garantit le respect des règles sanitaires (selon normes MHE, muret protège puits des animaux, dalle de propreté, filtrage de l’eau)
  • Prend en compte les attentes des usagers et des collectivités, les responsabiliser (demande émane des populations, COGES)
  • Respecte les contraintes environnementales
  • Optimise la gestion de la ressource (1 puits fournit de l’eau à prés de 2000 pers/ l’eau du puits est utilisée pour eau de boisson, activités agricoles, abreuvement animaux, hygiène corps, linge)
  • Agit sur la protection de l’environnement par un effort d’assainissement : un muret de protection est construit autour du puits pour réguler l’accès et éloigner les animaux.
  • le puits est entouré d’une dalle de propreté avec rigole évacuant les eaux vers un faux puits (puits rempli de roches et de graviers, où on déverse les eaux usées pour les filtrer.
  • participe à la diminution des maladies hydriques
  • Veille à l’assainissement (rôle du COGES, s’assurer de la bonne utilisation et du bon entretien du puits, mais également que les règles d’assainissement soient respectées

Nous avons également mis en place des conventions de rétrocession des puits villageois aux villageois, eux même. Symboliquement cette rétrocession, définit les responsabilités et devoirs des habitants. Le puits leur a été « offert». Pour éviter d’avoir à refaire des kilomètres et d’alourdir les taches, il leur incombe d’entretenir le puits, pour qu’il dure le plus longtemps possible.

Intégration des ouvrages dans le référentiel du ministère de l’hydraulique

Conformément aux objectifs du projet, et pour venir en complémentarité aux actions du gouvernement nigérien, tous les ouvrages réalisés et financés par les partenaires des  Puits du Désert, sont contrôlés par la Direction Régionale de l’Hydraulique et inclus, une fois la réception définitive prononcée, dans le référentiel du Ministère de l’hydraulique au Niger. Ceci témoigne du bienfait et de la reconnaissance de nos actions par le gouvernement nigérien, mais également contribue à l’amélioration des conditions de vie des populations et du taux de couverture en eau.

Partenaires techniques : Tout d’abord l’ONG nigérienne Tidène, qui assure la maîtrise d’ouvrage de tous les projets et donc le lien avec les populations demandeuses, les autorités locales et les bénéficiaires ; la Direction Régionale de l’Hydraulique d’Agadez  qui assure le suivi et le contrôle de la bonne réalisation des puits et la désinfection de l’eau; Le maire de la commune dont dépendent les 5 villages, l’association des ex-combattants de l’Aïr qui est l’interface entre les ex-combattants, bénéficiaires des jardins maraîchers et l’ONG Tidène et qui veille au respect des engagements de consolidation de la paix; l’Amenokal (chef de groupement de l’ethnie des Ifoghas(touareg)); les Mamans du soleil (pole santé de l’association Les puits du Désert)

Au niveau financier, le projet a été financé par l’Agence Française de Développement (AFD), le Fonds Suez Environnement, l’Agence de l’eau Adour Garonne la Communauté Urbaine de Bordeaux (Bordeaux Métropole), Areva, et les pompes KSB.

Ce dont nous sommes fiers

  • La baisse significative des maladies hydriques. En 2013, le centre de santé intégré avait enregistré dans ses registres 13 enfants morts, 7 en 2014,3 en 2015 ; et nous espérons, aucun d’ici la fin 2016.
  • La réinsertion des ex combattants qui sont devenus des jardiniers, et qui vivent de cette nouvelle activité et qui ne sont plus tentés de prendre les armes – la zone est ainsi apaisée.
  • Ces mêmes jardiniers ainsi formés, forment à leur tour leurs voisins et familles aux techniques de rendement agricole
  • Les relais communautaires formés lors des formations à l’hygiène, transmettent l’information, sensibilisent les autres membres du village

Fort de cette réussite, une 2ème phase du projet a démarré dans 5 nouveaux villages et nous préparons une 3ème phase dans une autre vallée de la sous région.

Kommentare sind geschlossen